Efficience informationnelle des marchés de l'or à Paris et à Londres, 1948-2008 : Une vérification économétrique de la forme faible

  • Thi Hong Van HOANG Laboratoire Orléanais de Gestion ; Université d’Orléans, Faculté de Droit, d’Economie et de Gestion, Rue de Blois – B.P. 6739, 45067 Orléans Cédex2
Mots-clés: L’efficience informationnelle, forme faible, marchés de l’or, Paris, Londres

Résumé

La rationalité des opérateurs et les informations diffusées sur le marché sont au cœur de la théorie de l’efficience informationnelle des marchés financiers. Les marchés de l’or n’échappent pas à cette règle générale. Etant un actif très particulier et très différent des autres actifs financiers, le prix de l’or a connu dans son histoire plusieurs mouvements excessifs, soit à la hausse, soit à la baisse, qui remettent en cause l’hypothèse de l’efficience informationnelle. Tel est le cœur de ce papier qui cherche à tester la forme faible de l’efficience informationnelle des marchés de l’or à Paris et à Londres durant une période de 61 ans de 1948 à 2008.

Les résultats des tests de Ljung-Box montrent qu’il existe une autocorrélation d’ordre 1 dans les séries des rentabilités mensuelles de la pièce d’or Napoléon à Paris ainsi que de l’once d’or au fixing de l’après-midi à Londres. L’hétéroscédasticité conditionnelle est détectée sur les rentabilités mensuelles par le test de l’effet ARCH. L’hypothèse que les prix suivent une marche aléatoire n’est pas acceptée par le test d’Augmented Dickey-Fuller (ADF). Ces résultats mènent alors à la conclusion que l’hypothèse de l’efficience informationnelle de la forme faible des marchés de l’or à Paris et à Londres sur la période de 1948 à 2008 ne peut pas être acceptée. Mais les résultats du test réalisé sur le modèle MEDAF montre que les investisseurs français ne peuvent pas profiter de cette inefficience informationnelle pour réaliser des profits anormaux (sauf sur la période de 1971 à 1981).  Ce qui n’est pas le cas des investisseurs en or à Londres (sauf sur la période de 1981 à 2004).

Références

AGGARWAL R. and SOENEN L.A. (1988), The Nature and Efficiency of the Gold Market, Journal of Portfolio Management, vol. 14, n° 3, pp. 18 – 21.
ALEXANDER S. (1961), Price Movements in Speculative Markets: Trends or Random Walks, Industrial Management Review, pp. 7-26.
ALEXANDER S. (1964), Price Movements in Speculative Markets: Trends or Random Walks N° 2, Industrial Management Review, pp. 7-26.
BACHELIER L. (1900), Théorie de la spéculation, Thèse de Doctorat, Annales de l’Ecole Normale Supérieure.
BARBE P. (2005), Pourquoi les marchés financiers sont-ils inefficients ? Papier de travail, Laboratoire du Centre de Recherche de Bordeaux Ecole de Managements, n° 85-05, juin 2005
BOOTH G. and KAEN F. (1979), Gold and Silver Spot Prices and Market Information Efficiency, The Financial Review, n° 14 (Spring), pp. 21-26
COOTNER P. (1962), Stock Prices: Random vs. Systematic Changes, Industrial Management Review, n° 3, pp. 24-45.
COOTNER P. (1964), The Random Character of Stock Market Prices, edited by Cambridge MA, M.I.T. Press.
COOTNER P. (1967), Origins and Justification of Random Walk Theory, in The Random Character of Stock Prices, edited by P.A. Cootner, MIT Press.
DICKEY D.A. and FULLER W.A. (1979), Distribution of Estimators for Autoregressive Time Series with a Unit Root, Journal of American Statistical Association, n° 74, pp. 427-431.
DICKEY D.A. and FULLER W.A. (1981), Likelihood Ratio Statistics for Autoregressive Time Series with a Unit Root, Econometrica, n° 49, pp. 1057-1072.
ENGLE R.F. (1982), Autoregressive Conditional Heteroscedasticity with Estimates of the Variance of UK Inflation, Econometrica, n° 50, pp. 987–1008.
FAMA E.F. (1965), The Behavior of Stock Market Prices, Journal of Business, n° 38, pp 34–105.
FAMA E.F. and BLUME M.E. (1966), Filter Rules and Stock Market Trading, Journal of Business, n° 39, pp. 226-241.
FAMA E.F., FISHER L., JENSEN M. and ROLL R. (1969), The Adjustment of Stock Prices to New Information, International Economic Review, vol. 10, n° 1, pp. 1-21.
FAMA E. F. (1970), Efficient Capital Markets: a Review of Theory and Empirical Work, Journal of Finance, n° 25 (May), pp. 383–417.
FAMA E.F. and FRENCH K.R. (2004), The Capital Asset Price Model: Theory and Evidence, Journal of Economic Perspectives, vol. 18, n° 3, pp. 25-46.
GILLET P. (2006), L’efficience des marchés financiers, Paris : Economica
GILLET R. et SZAFARZ A. (2004), Marchés financiers et anticipations rationnelles, Reflets & Perspectives de la Vie Economique, Tome XLIII, N° 2
HOANG T. (2009), The Gold Market at the Paris Stock Exchange: a Risk-Return Analysis 1950-2003, Historical Social Research, vol. 34, n°4
JENSEN M. C. (1968), The Performance of Mutual Funds in the Period 1945–1964, Journal of Finance, vol. 23, n° 2, pp. 389–416.
JENSEN M. C. (1978), Some Anomalous Evidence Regarding Market Efficiency, Journal of Financial Economics, n° 6(June/September), pp. 95-101.
LARDIC S. et MIGNON V. (2006), L’efficience informationnelle des marchés financiers, Paris : Editions La Découverte, Collection Repères.
LEROY S.F. (1973), Risk Aversion and the Martingale Property of Stock Prices, International Economic Review, vol. 14, n° 2, pp. 436-446.
LEROY S.F. (1976), Efficient Capital Markets: Comment, Journal of Finance, n° 3, 139-141.
LEVIN E.J. and WRIGHT R.E. (2006), Short-run and Long-run Determinants of the Price of Gold, World Gold Council, Research Study, n° 32
McDONALD J.G. and SOLNIK B.H. (1977), Valuation and Strategy for Gold Stocks, Journal of Portfolio Management, n° Spring, pp. 27-33
MALKIEL B.G. (2003), The Efficient Market Hypothesis and Its Critics, Journal of Economic Perspectives.
MIGNON V. (1998), Marchés financiers et modélisation des rentabilités boursières, Paris : Economica
MURADOGLU G., AKKAYA N. and CHAFRA J. (1998), The Effect of Establishment of an Organized Exchange on Weak Form Efficiency: the Case of Istanbul Gold Exchange, The European Journal of Finance, n° 4, pp. 85-92
PAPAIOANNOU G. (1984), Informational Efficiency Tests in the Athens Stock Exchange, in European Equity Markets, Hawawini and Michel Editors.
TSCHOEGL A.E. (1980), Efficiency in the Gold Market, Journal of Banking and Finance, n° 4 (December), pp. 371 – 379.
SAMUELSON P.A. (1965), Proof that Properly Anticipated Prices Fluctuate Randomly, Industrial Management Review, n° 6, pp. 41-49.
SEWELL M. (2008), History of the Efficient Market Hypothesis, Working Paper, Department of Computer Science, University College London.
SHARPE W.F. (1964), Capital Asset Prices: A Theory of Market Equilibrium Under Conditional Risk, The Journal of Finance, vol. XIX, n° 3, September 1964, pp. 425-442
SOLT M. E. and SWANSON P. J. (1981), On the Efficiency of the Markets for Gold and Silver, Journal of Business, vol. 54, n° 3, pp. 453-478.
STACHOWIAK C. (2004), Prévisibilité des rentabilités boursières. Une étude empirique du marché boursier français sur données intraquotidiennes, Economie et Prévision, vol. 2004/5, n° 166, p. 71-85.
Publiée
2011-04-29
Comment citer
HOANG, T. H. V. (2011). Efficience informationnelle des marchés de l’or à Paris et à Londres, 1948-2008 : Une vérification économétrique de la forme faible. Journal of Academic Finance, 2(1). Consulté à l’adresse https://www.scientific-society.com/journal/index.php/AF/article/view/12
Rubrique
Articles