L' effet famille : une explication du differentiel d’endettements des entreprises familiales et non familiales

  • ABDEL AZIZ ADAMA Université de Ngaoundéré
  • Jules Roger FEUDJO Université de Dschang, FSEG
Mots-clés: Entreprise familiale, Comportement financier, Proportion de la dette et Effet famille

Résumé

Cet article a un triple objectifs, le premier qui se veut évaluatif a mis en évidence la proportion de la dette dans la structure financière des entreprises familiales et non familiales; s'en est suivi d'une seconde qui se veut comparatif et ayant débouché sur la mise en exergue des différences observées; enfin arrive le dernier qui se veut explicatif de  cet écart à l'aide de ce qui est convenu d'appeler effet famille.  Sur la base d’un échantillon de 40 entreprises familiales et 40 entreprises non familiales camerounaises, l’étude établit que les entreprises familiales sont plus endettées que leurs consœurs non familiales. Mais pris ensemble dans la globalité, les deux formes d'entreprises sont moyennement endettées. Après des approches descriptives, évaluatives et comparatives, une approche explicative est proposée.  Trois facteurs de l'effet famille (Intensité du caractère familiale de l'actionnariat, la dominance familiale de l'organe de gestion et la dominance familiale de l'organe de gouvernance) expliquent la proportion de la dette des entreprises familiales par rapport aux non familiales.

Biographie de l'auteur

Jules Roger FEUDJO, Université de Dschang, FSEG

Professeur titulaire

Département de Comptabilité et Finance

Dschang-Cameroun

Tel: +237 677 08 53 77

Références

Allouche J. et Amann B. (1997), « Le retour triomphant du capitalisme familial », L’expansion Management Review, p. 92-99.

Allouche J. et Amann B. (2000), « L’entreprise familiale : un état de l’art », Finance Contrôle Stratégie, vol. 3, n°1, p. 33-80.

Allouche J. et Amann B. (2002), « L’actionnaire dirigeant de l’entreprise familiale », Revue Française de Gestion, n°141, p. 109-13O.

Allouche J., Amann B., et Gauridel P. (2006), « Performances et caractéristiques financière comparées des entreprises familiales et non familiales : le rôle modérateur de la cotation en bourse et du degré de contrôle actionnarial », Cahiers de recherche du Gregor, n° 2006-02.

Ampenberger M., Schmid T., Achleitner A. K. and Kaserer C. (2013), «Capital Structure Decisions in Family Firms - Empirical Evidence from a Bank-Based Economy», Review of Managerial Science 7, p.247-275.

ArrègleJ-L. et Mari I. (2010), « Avantages ou désavantages des entreprises familiales ? Principaux résultats des recherches et perspectives », Revue des sciences de Gestion, Vol.1, n°200, p.87-109.

Atrissi N. (2007), « La structure financière dans un environnement inflationniste : l’impact de la procédure de réévaluation des actifs », Proche-Orient, Etudes en Management, n° 17, mai 2007.

Astrachan J., Klein S. and Smyrnios K., (2002), « The F-PEC scale of family influence: a proposal for solving the family business definition problem », Family Business Review, vol. XV, n°1, pp. 45-58.

Basly S. (2007), « Le conservatisme : une explication des choix financiers de la PME familiale », Article présenté au congrès de l’AFFI, Bordeaux, juin.

Baker M. and Wurgler J. (2002), «Market Timing and Capital Structure», Journal of Finance 57, 1-32.

Ben Jemaa S. (2008), « Le financement des entreprises familiales tunisiennes : problèmes structurels et conjoncturels », Revue du Financier, n° 171, p. 41-56.

Berger P., Ofek K. and Yermack D. (1997), «Managerial Entrenchment and Capital Structure Decisions», Journal of Finance 51, p.1411-1438.

Berger A. N. and Udell G. F. (1998), « The economics of small business finance: the roles of private equity and debt markets in the financial growth cycle », Journal of banking and finance, Vol. 22, n° 6-8, p. 613-673.

Boubakari A. et Feudjo J.R. (2010), “Corporate Governance for the Best Financing Choices: An Empirical Study from Family Firms in Northern Cameroon”, International Journal of Economics and Finance, Vol. 2, No. 2; May 2010.

Boungou Bazika J-C. (2005), « Essai de définition et fonctionnalité de l’entreprise familiale dans une perspective Africaine », Revue Internationale PME, Vol. 18, n° 3-4, p.11-30.

Caby J. et Hirigoyen G. (2002), La gestion des entreprises familiales, Editions Economica, paris.

Calof J. (1985), “Analysis of small business owners financial preferences”, Journal of Small Business and Entrepreneurship, 3(3), pp.”39-44.

Carty B. et Buff A. (1996), Le gouvernement de l’entreprise familiale, Public union édition.

Casson M. (1999), « The economics of the family firm », Scandinavian Economic History Review, n°47.

Chittenden, Hall and Hutchinson (1996), « Small firm growth, access to capital markets and financial structure », Review of issues and an empirical investigation, Small Buisiness Economics, Vol. 8, p. 59-67.

Colot O. et Croquet M. (2005), « Les entreprises familiales sont elles plus ou moins endettées que les entreprises non familiales ? », Centre de recherche Warocqué, Faculté Warocqué/ université de Mons-Hainaut.

Colot O. et Croquet M. (2007a), « La contribution de variables propres aux PME et à leur dirigeant dans l’explication de la structure financière des PME », Revue des Sciences de Gestion, Direction et Gestion, n°228, novembre-décembre, p. 61-72.

Colot O. et Croquet M. (2007b), « Le caractère familial d’PME influence-t-il le niveau d’endettement financier ? », Revue du Financier, n° 164, p. 72-89.

Comblé et Colot (2006), «L’entreprise familial: concept et importance en Belgique», Reflets et perspective de la vie économique, n°2, p.91-108.

Djimnadjingar R. (2012), « Gouvernance et performance des PME familiales au Tchad », Thèse de doctorat en sciences de gestion, Université des sciences et technologie de lille 1.

Donaldson, G. (1961), «Corporate Debt Capacity», A study of corporate debt policy and the determination of corporate debt capacity. Boston: Division of Research, Harvard School of Business Administration.

Dyer (1986), « Cultural changes in family firms: anticipating and managing business and family transitions, San Francisco: Jossey-Bass.

Easterbrook F.H. (1984), «Two Agency-Cost Explanations of Dividends», American Economic Review 74, 650-59.

Ellul A. (2008), «Control Motivations and Capital Structure Decisions», Working Paper.

Fama E. (1980), «Agency Problems and the Theory of the Firm», Journal of Political Economy 88, 288-307.

Fayolle A. et Bégin L. (2009), « Entrepreneuriat familiale : croissement de deux champs ou nouveau champ issu d’un double croisement ? », Management international, Vol.14, n°1, p.11-23.

Feudjo J. R. (2006), « Gouvernance et performance des entreprises camerounaises : un univers de paradoxes », Cahiers électronique du Crecci, n°2006-21.

Feudjo J. R. et Tchankam J-P (2012), « Les déterminants de la structure financière : Comment expliquer le « paradoxe de l’insolvabilité et de l’endettement » des PMI au Cameroun ? », Revue internationale PME, Volume 25, Number 2.

Harris M. and Raviv A. (1988), «Corporate Control Contests and Capital Structure», Journal of Financial Economics, n°20, p.55-86.

Hirigoyen G. (1982), « Le comportement financier des moyennes entreprises industrielles familiales », Banque, n°417.

INS (2009), recensement général des entreprises au Cameroun.

Gallo M. and Vilaseca A. (1996), « Finance in family business », Family Business Review, vol. 9, n°4.

Gilson S. C. (1990), « Bankruptcy, boards, banks, and blockholders : Evidence on changes in corporate ownership and control when firms default », Journal of Finance Economics.

Jensen M. C. and Meckling W. H. (1976) « Theory of the firm: managerial behavior, agency costs and ownership structure », Journal of Financial Economics 3, p. 305-360.

Jensen M. C.,( 1986), «Agency Costs of Free Cash Flow, Corporate Finance, and Takeovers», American Economic Review 76, 323-329.

Julien P. A. et Marchesnay M. (1988) « L’entrepreneuriat », Gestion Poche, Economica.

Kalika M. (1988), « Structure d’entreprises : réalités, déterminants, performances », Economica gestion.

KATZ J. and NIEHOFF B. (1989), « How Owners Influence Strategy – A Comparison of Owner-Controlled and Manger-controlled Firms », Long range Planning, Vol. 31, n° 5, pp. 755-761.

Kenyon-Rouviniez D. et Ward J-L. (2004), « Les entreprises familiales », Que sais- je? PUF, 127 pages.

Kuratko D-F. (1993), « Family business succession in Korean and US firms », Journal of Small Business Management, vol. 31, n°2.

Kraus A. and Litzenberger R. (1973), «A State-Preference Model of Optimal Financial Leverage», Journal of Finance 28, 911-922.

Lansberg, I., (1983), « Managing human resources in family firms: the problem of institutional overlap», Organizational Dynamics, 12(1), pp 39-46.

Lavigne B. et ST-Pierre J. (2002) "Association entre le système d’information comptable des PME et leur performance financière" 6e Congrès international francophone sur la PME - Octobre - HEC – Montréal.

Leland H. and Pyle D. (1977), «Informational Asymmetries, Financial Structure, and Financial

Intermediation», Journal of Finance 32, 371-384.

Ltaief, F. C., et Henchiri, J. E. (2016a), « La structure financière des entreprises familiales: une analyse fondée sur la théorie du Pecking Order », Journal of Academic Finance, (7).

Ltaief Chibani F., Henchiri J. E., et Degos J.-G. (2016b), « La structure financière contrastée des entreprises familiales françaises : une approche fondée sur la théorie du compromis », La Revue Du Financier, 38(219), 30–50.

Maherualt L. (1998), « Des caractéristiques financières spécifiques aux entreprises familiales non cotées », Revue du Financier, n°114, p. 59-75.

Masulis R. (1988), «The Debt/Equity Choice», Ballinger Publishing Company.

Miller E. (1977), «Risk, Uncertainty, and Divergence of Opinion», Journal of Finance, n° 32, p.1151-

Mishra C. and McConaughy D. (1999), «Founding Family Control and Capital Structure: The Risk of Loss of Control and the Aversion to Debt», Entrepreneurship Theory and Practice 23, 53-64.

Modigliani F. and Miller M. H. (1958), « The cost of capital, corporation finance and the theory of investment », The American Economic Review, Vol. 48, n° 3, June, p. 261-297.

Mouline J.P. (1999), « Contribution à la compréhension du processus diachronique de la succession managériale dans l’entreprise familiale : une approche par les récits de vie », Thèse de doctorat, Université Nancy 2, 363 pages.

Myers S.C (2001), « Capital Structure », Journal of Economic Perspectives, Vol.15, n°2, p.81-102.

Myers and Majluf N. S. (1984), « Corporate financing and investment decisions when firms have information that investors do not have », Journal of Financial Economics, Vol.13, p. 187-221.

Nam J., Otoo R. E. and Thornton J.H. (2003), « The effects of managerial incentives to bear risk on corporate capital structure and R&D investment », Financial Review, Vol. 38, n°1.

Neubauer F. and Lank A. G. (1998), « The family business: its governance for sustainability », london, Macmilan press.

Peter K., Shapiro D. and YOUNG J. (2005), « Corporate Governance, Family Ownership and Firm Value: the Canadian Evidence », Corporate Governance, vol. 13, n°6, p. 769-784.

Ross S. A. (1977), « The determination of financial structure: the incentive-signaling approach », The Bell Journal of Economic, Vol. 8, n° 1, p. 23-40.

Poulain-Rhem T. (2006), « Qu’est ce qu’une entreprise familiale ? Réflexions théoriques et prescription empiriques», Revue des Sciences de Gestion, Direction et Gestion, n°219, mai-juin, pp. 77- 88.

Saint Pierre J. (1982), « Attitudes des entrepreneurs à l’égard du financement public par capital-action ordinaires », vers une politique québécoise pour l’accès des PME aux marchés financiers, CEPAO et GREPME.

Stulz R. (1988), «Managerial Control of Voting Rights: Financing Policies and the Market for Corporate Control», Journal of Financial Economics 20, p.3-27.

Tchankam J-P. (2000), « L’entreprise familiale au Cameroun », Cahier de recherche du Creff, n°2000-05.

Wtterwulghe R. (1998), « La PME, une entreprise humaine », De Boeck Université, 173 pages.

Zahra S. (1996), “Goverance, Ownership, and Corporate Entrepreneurship: The Moderating Impact of Industry Technological Opportunities”, Academy of Management Journal, Vol. 39, N°6.

Publiée
2019-06-30
Comment citer
ADAMA, A. A., & FEUDJO, J. R. (2019). L’ effet famille : une explication du differentiel d’endettements des entreprises familiales et non familiales. Journal of Academic Finance, 10(1), 2-20. Consulté à l’adresse https://www.scientific-society.com/journal/index.php/AF/article/view/148
Rubrique
Articles