La propriété familiale, structure et performance sociale et environnementale des PME familiales camerounaises

  • samuel Roland MAKANI Université de Dschang
Mots-clés: Propriété familiale, Structure, Performance sociale, performance environnementale, PME familiale

Résumé

L’objet de ce papier est d’expliquer la performance (sociale et environnementale) afin de déterminer si la propriété familiale et la structure des PME familiales influencent leur performance sociale et environnementale. L’étude s’appuie sur une enquête par questionnaire menée auprès d’un échantillon de 67 PME. L’atteinte de nos objectifs passe par une analyse factorielle, le test d’indépendance du Khi-deux et de la régression logistique. Ces analyses nous ont permis de déterminer que la propriété familiale exerce une influence positive et significative sur la performance sociale et environnementale, la structure des PME influence positivement et significativement la performance environnementale et sans effet sur la performance sociale.

Références

Alchian, A. (1987),« Property Rights, in Eatwell, Milgrate, Newman A dictionary in Economics, The new Palgrave.

Alchian, A. A., et Demsetz, H., (1972), « Production, Information Costs, and Economic Organization»American Economic Review, Vol.62, No. 5, December, pp.777-795.

Alexandre, H.,et Paquerot, M., (2000), «Efficacité des structures de contrôle et enracinement des dirigeants », Finance Contrôle Stratégie,Vol. 3, N°. 2, juin, p.5 – 29.

Allouche, J., et Amann, B., (1997), « Le retour triomphant du capitalisme familial»,L’Expansion Management Review, juin, p. 92-99.

Arregle, J. L., Hitt, M. A.,Sirmon, D. G., & Very,P., (2007), « The Development of Organizational Social Capital: Attributes of Family Firms ».Journal of Management Studies, Vol. 44, No.1, p. 73-95.

AtanganaOndoa, H., et Yogo, T., (2012),« Capital social et performances des entreprises au Cameroun »,Rapport de Recherche du FR-CIEA, No 24/12, 33p.

Bauweraerts, J., et Colot, O., (2013), « Performance des firmes et propriété familiale : une approche comptable »,La Revue des Sciences de Gestion, Direction et Gestion N° 208 263-264, p. 207-216.

Carleton, C. H., Mahoney, J.,& Mahoney, J.,(2005), « Towards a Property Rights Foundation for a Stakeholder Theory of the Firm »,Journal of Management and Governance, Vol.9, pp 5-32.

Catry, B., Buff, A., (1996),Le gouvernement de l’entreprise familiale, Publi-Union.

Charreaux, G., (1997), « Le statut du dirigeant dans la recherche sur le gouvernement des entreprises », in Le gouvernement des entreprises, Économica, Paris, p. 471-493.

Charreaux, G.,Pitol-Belin, J-P.,(1989), « Image et réalités du conseil d’administration »,Revue Française de Gestion, juin-juillet-août, P. 49-61.

Chibani-Ltaief, F., Henchiri, J. E., & Degos, J. G., (2016), « La Structure Financière Contrastée Des Entreprises Familiales Françaises: Une Approche Fondée Sur La Théorie Du Compromis », La Revue Du Financier, 38(219), P. 30-50.

Christensen, R.C., (1953),« Management succession in small andgrowing enterprises», Boston Division of Research, Harvard Business School, P. 9.

Chua, J.H., Chrisman, J.J., Sharma, P., (1999), « Defining the Family Business by Behavior »,Entrepreneurship. Theory and Practice, Vol. 23, p. 20-39.

Degeorge, F., Patel, J., and Zeckhauser, R., (1999), « Earnings Management to Exceed Thresholds »,The Journal of Business, Vol.72, N°1.

Demsetz H., (1967), « Toward a Theory of Property Rights »,American Economic Review, Vol.57, No.2, pp. 347-359.

Donckel, R., Fröhlich, E., (1991), « Are family businesses really different? European experiences from Stratos»,Family Business Review,Vol.4, No. 2, P. 149-160.

Donnelley, R. G., (1964), « The Family Business», Harvard Business Review, Vol. 42, P. 93-105.

Fama, E. F., and Jensen, M. C., (1983), « Separation Of Ownership and Control »,Journal of Law and Economics, Vol. 26, No. 2, Corporations and Private Property: A Conference Sponsored by the Hoover Institution, pp. 301-325.

Feudjo, J.R., et Tchankam, J-P.,(2007), «Taille, structure de l’équipe dirigeante et rentabilité durable des entreprises dans un contexte de pays en voie de développement », Cahier de Recherche CEREBEM, Bordeaux Management School, n°120-07, octobre, 25p.

Finet, A., Bughin, C., et Colot, O., (2008), « Analyse de la théorie de l’enracinement des dirigeants en fonction du caractere familial des entreprises non cotées: Le Cas De La Belgique », 2èmejournée Georges Doriot, HEC, Paris, 28p.

Furubotn, E. G., et Pejovich, S., (1972),« Property rights and Economic Theory: a Survey of Recent Literature »,Journal of Economic Literature, Vol.10, No. 4, pp. 1137-1162.

Hill, C.W.L.,& Jones, T. M., (1992), « Stakeholder-Agency Theory »,Journal of Management Studies, Vol. 29, N°.2, March.

Hirigoyen, G., (1984),Contribution à la connaissance des comportements financiers des Moyennes Entreprises Industrielles familiales, Thèse de Doctorat, Université de Bordeaux.

Hollander, B.S., Elman, N.S., (1988), « Family-Owned Businesses : an Emerging Field Inquiry,Family Business Review, Vol.1, No.2, P. 145-163.

IFERA (The International Family Enterprise Academy).,(2003), « Family businesses dominate »,Family Business Review, Vol. 16, N°. 4, p. 235-250.

Jensen, M. C.,Meckling, W., (1976),«The Theory of the Firm: Managerial Behavior,

Agency Cost and Ownership Structure»,Journal of Financial Economics, 3, p.305-360.

Litz, R. A., (1995), « The Family Business: Toward Definitional Clarity »,Family Business Review, Vol. 8, N° 2, 1995, p. 71-81.

Libecap, G., (1989), « Contracting for Property Rights »,New York, Cambridge University Press.

Louizi, A., (2011),Les Déterminants de la bonne gouvernance et la performance des entreprises Françaises : Etudes empiriques. Thèse pour le Doctorat en Sciences de Gestion, Université Jean Moulin, Lyon 3, 226p.

Morck, R., Shleifer, A., and Vishny, R., (1988), «Management Ownership and Market Valuation»,Journal of Financial Economics, Vol. 20, pp. 293-315.

Ndongo, O. J., (2013), « L’impact de la qualité de la gouvernance sur la rentabilité durable des entreprises familiales dans le contexte du PED : Le Cas du Cameroun »,Rapport de Recherche du FR-CIEA, N° 51/13, 37p.

Ngongang, D., (2010), « Analyse de la pratique des coûts dans les PMI camerounaises »,Revue libanaise de Gestion, No 5. 23p.

Pigé, B., (1998), « Enracinement des dirigeants et richesse des actionnaires »,Finance Contrôle Stratégie, Vol. 1, N°. 3, Septembre, p. 131-158.

Posner, R., (1972), « The Economic Analysis of Law », Little Brown, Boston.

Poulain-Rehm, T., (2006), « Qu’est-ce qu’une entreprise familiale ? Réflexions théoriques et prescriptions empiriques »,Revue des Sciences de Gestion, N° 219, p. 77-88.

Gallo, M.A., Estapé, M. J., (1992), « Family Business Among the Top 1000 Spanish Companies », IESE research paper n° 231.

Gavard-Peret, M.L., et al.,(2009),Méthodologie de la recherche : Réussir son mémoire ou sa thèse.

Gélinier, O., Gaultier, A., (1974),« L’avenir des entreprises personnelles et familiales »,Paris : Editions Hommes et techniques.

Reynolds, P. D., (1995), « Family Firms in the Startup Process : Preliminary Explorations »,Paper presented at the 1995 Annual Meeting of the International Family Business Program Association, Nashville, T.

Thietart, R.A., &al., (1999),Méthodes de recherche en management, Tome IV, Economica, Paris, 535p.

Publiée
2018-12-31
Comment citer
MAKANI, samuel. (2018). La propriété familiale, structure et performance sociale et environnementale des PME familiales camerounaises. Journal of Academic Finance, 9(2), 47-68. Consulté à l’adresse https://www.scientific-society.com/journal/index.php/AF/article/view/155
Rubrique
Articles